COMMENT PRÉVENIR LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX GRÂCE À LA SOPHROLOGIE

Img 5749

La sophrologie va permettre de créer une parenthèse dans la souffrance vécue par le salarié afin que ce dernier puisse réinvestir son corps pour redresser la barre.

 

Pour rappel les manifestations des RPS

Les manifestations des RPS vont se traduire,

Du côté de l’entreprise, par :

Un absentéisme plus important,

Une fréquence accrue d’accidents ou d’incidents sur la chaine de production, d’où une productivité en baisse et une qualité de produit également en baisse, le travail étant pris avec moins de rigueur, 

Un climat social plus tendu.

Remédier à cette situation ne peut être que positif sur le plan économique.

Du côté du salarié les symptômes des RPS vont se manifester notamment par :

Des troubles du sommeil,

De l’irritabilité,

Une tension physique pouvant aller vers des troubles musculo-squelettiques (TMS),

Des maux de têtes importants,

Une perturbation de l’appétit,

Perte de mémoire immédiate,

Audition......

La soprologie n’est pas là pour travailler sur les causes, il est nécessaire de replacer l’individu en son centre et ce, que les causes soient internes ou externes au monde du travail.

La personne en souffrance a la sensation de subir la situation vécue sans moyen de stopper les vagues qui la submergent. De plus, elle ne se reconnaît plus, elle est totalement déstabilisée....

Le but immédiat est d’arrêter ces déferlantes et de reprendre un tant soit peu la maitrise du gouvernail, de sa vie.

La sophrologie va permettre de créer un espace et un moment, une parenthèse où le phénomène négatif est expulsé pour laisser place à la prise de conscience de soi. Il est nécessaire de réinvestir son corps (Vivances des 5 sens et des valeurs) pour pouvoir peser sur les choses, sur les leviers à actionner pour redresser la barre. Reprendre contact avec le corps vécu, le corps conscientisé. Renforcer la confiance en soi qui s’est peu à peu envolée en même temps que le corps se dématérialisait et se retirait pour ne plus se vivre que dans la souffrance. Recouvrir une forme de plaisir dans le ressenti.

Ce moment ressource que procure la sophrologie va ensuite permettre l’analyse de la situation et le pourquoi suis-je là.

Quel que soit le mal être, le sujet est toujours présent et il y a donc possibilité de réorienter vers le pôle positif. C’est en s’appuyant sur ce corps respirant, même difficilement, qu’il est possible de construire sainement.

Par la sophrologie la personne va reprendre corps et la notion de densité de soi va croître. Le salarié va reprendre de la consistance et réinvestir son potentiel, apprendre à se redresser physiquement pour s’axer mentalement et ressentir son équilibre stable par la force de ses appuis, de son ancrage.

En parallèle, la décision de garder cet axe et donc « comment je suis là et comment je maintiens ? », va arriver rapidement.

L ‘approche sophrologique pourra se faire de concert en séance individuelle et en collectif avec l’équipe de collaborateurs, avec la médecine du travail. Un temps de parole amène à une analyse de poste, à l’organisation de la communication interne, à l’adaptation des compétences, l’exigence et la capacité à répondre, etc.

En replaçant l’individu en son centre c’est à dire dans son corps il se sent être d’abord par lui-même. De là, le désir de performer dans son travail peut être envisagé et renforcé. Le travail devient un outil de réalisation de soi et non pas une réalisation de soi-même.