Blog

Le lâcher-prise

Sans titre 2

La première chose est sans doute de donner une définition : c’est une démarche qui consiste à laisser de côté ce qui nous empêche d’aller bien, à abandonner ce qui nous fait souffrir.

Le lâcher-prise ne se voit pas mais se ressent, c’est un acte de la conscience.

Les principes du lâcher prise :

  • Accepter le ou les changements et vous observerez une Sereinité!
  • Soyez indulgents avec vous-mêmes, accepter vos limites avec rèalisme et bienvaillance et restez humble (n’ayons pas prétention de changer le monde c’est uniquement nous-mêmes que nous allons améliorer).


Img 7509

Qui a Besoin de lâcher-prise?

Nous sommes tous, hélas, concernés via des situations/idées parasites de la vie courante, des éléments indépendants de notre volonté qui nous empêchent de cheminer sereinement dans la vie et de nous réaliser pleinement. Soit elles nous paralysent soit elles nous épuisent soit les deux.

Comment identifier ces situations?

C’est celles qui nous dérangent et qui prennent par la suite une place démesurer dans notre esprit

Nous n’arrivons pas à les chasser de notre pensée....

Quelques exemples pour les repérer : 

  • Un voisin bruyant 
  • Des relations professionnelles difficiles
  • Arriver au travil la boule au ventre
  • Des tensions dans votre couple
  • Les conflits avec vos enfants 
  • Vouloir tout contrôler et à l’inverse arrêter de les subir
  • Contrôler son poids en permanence ........

Bref Cela peut être une blessure, une rupture, un deuil, une mauvaise expérience, un mot, un espoir, une situation, un évènement, un désir, un point de vue ou simplement une idée…

Pourquoi lâcher-prise ?

Avant tout pour se détendre !! Et retrouver un calme intérieur !

Le lâcher- prise agit sur la santé et l’esprit. 

L’effet est immédiat : soulagement intérieur, sensation de légèreté, tensions envolées.

La sophrologie et le lâcher-prise

Elle intervient tout d’abord par des exercices de relaxations musculaires (afin de soulager des douleurs plutôt localisées dans le haut du dos, cou, épaules entraînant généralement des migraines, cervicalgie, noeux musculaires etc....), puis par une suggestion mentale afin d’apprendre à prendre du recul face aux situations/idées parasites.

Le lâcher-prise est une méthodologie qui s’apprend rapidement.

Il ne reste qu’un pas pour essayer ;0)

Franchissez le !


 

lundi 1er octobre présente au salon ZEN

Bonjour,

La sophrologie ; Qu'est ce que c'est ? Pour qui ? Pourquoi ? Comment ?

Ces questions vous interpellent ?

Venez me rencontrer le lundi 1er octobre de 10H00 à 14H00 sur le stand :

zen-people

Hall C stand J1

à l'Espace Champerret,

6 Rue Jean Oestreicher,

75017 Paris

Métro Porte de Champerret.

 

Télécharger votre invitation gratuite grâce à ZEN-PEOPLE : https://www.salon-zen.fr/entree-gratuite/

Sport : les bénéfices de la sophrologie validés scientifiquement

 

Capture

Les techniques de respiration et de visualisation mentale utilisées en sophrologie améliorent significativement les performances des sportifs. C’est la conclusion d’une étude menée par Ford sur l’efficacité des techniques de préparation mentale proposées aux athlètes.

Le constructeur automobile Ford s’est intéressé aux performances sportives des athlètes et particulièrement aux bénéfices apportés par la préparation mentale. Il a donc mené une étude visant à mesurer l’apport des différentes techniques utilisées comme la respiration ou les techniques de visualisation mentale.

Pour y parvenir, les scientifiques ont mis en place deux groupes distincts :

  • le premier groupe composé de pilotes de course Ford, dont Andy Priaulx, champion du monde des pilotes de voitures de tourisme, et Sébastien Ogier, champion du monde des rallyes.
  • le second groupe composé de personnes ordinaires.

Puis, ils ont soumis ces deux groupes à deux exercices classiques d’entraînement mental :

  • le premier exercice consistait à amener les participants à se relaxer, puis à réaliser une série d’exercices de respiration contrôlée identiques aux exercices de sophrologie. Enfin, les participants étaient invités à retenir leur souffle aussi longtemps que possible. Le procédé était répété plusieurs fois puis s’ensuivait une longue période de récupération.
  • le second consistait à réaliser un exercice de visualisation, là encore identique à ceux pratiqués en sophrologie, l’objectif étant d’amener les athlètes à se projeter mentalement dans leur victoire afin de se préparer et de conserver la confiance en leur performance. Cet exercice de visualisation guidé par la voix, amenait les participants à créer des images mentales en décrivant les virages, les courbes et signaux visuels clés du circuit.

Des résultats probants

L’étude révèle, dans un premier temps, que les pilotes de course dont le cerveau est particulièrement entraîné ont un niveau d’attention et de concentration meilleur de 40% comparé aux autres participants. Leur esprit a en effet été régulièrement « musclé » ce qui leur permet de réagir aux signaux sensoriels subtils, sans en avoir  toujours conscience.

Mais là où l’étude se révèle très intéressante, c’est lorsque l’on regarde les différences de performances entre les personnes ordinaires préparées mentalement et un groupe de personnes lambda qui n’a bénéficié d’aucune technique de préparation :

« La chose intéressante que nous avons découverte est que lorsque des personnes normales accomplissent des exercices mentaux simples, ils sont aussi capables d’atteindre un meilleur niveau de performance », explique le Dr Elias Mouchlianitis de l’Institut de psychiatrie, psychologie et neuroscience du King’s College de Londres.

Selon les résultats de cette étude, une simple préparation mentale de 10 minutes pourrait améliorer considérablement l’attention et, avec elle, la performance.

« Des exercices de respiration et de méditation simples, plus une technique de visualisation qui utilise des mots-clés pour décrire la tâche à venir, ont vu des conducteurs normaux augmenté leur concentration et leur performance jusqu’à 50 % » souligne le scientifique.

Les chercheurs souhaitent, à travers cette étude, comprendre et mesurer l’impact de ces simples exercices sur la performance sportive, afin de transférer ces connaissances sur la concentration sur la haute performance dans la vie de tous les jours. Ils estiment, en effet, que ces techniques peuvent être utilisées en dehors du domaine sportif car elle permet de se préparer mentalement à la tâche à venir, d’améliorer ses performances et de réduire son niveau de stress.

En sophrologie, les techniques de préparation mentale sont depuis toujours utilisées dans des domaines très différents comme la performance professionnelle, la préparation aux examens ou encore l’accouchement. Et les résultats sont au rendez-vous : augmentation du niveau d’attention, amélioration de la confiance en soi et meilleure gestion du stress (et des émotions). L’essentiel pour vivre l’événement dans les meilleures conditions et mettre à contribution tout son potentiel.

source : sophrologie-actualité.fr

LA SOPHROLOGIE, UN OUTIL POUR LES GOLFEURS

GolfeurGolfeur 2

Que recouvre donc la préparation mentale ?

La préparation mentale est un vaste domaine de développement personnel où, comme en œnologie ou en gastronomie, un amateur aura toujours envie d'aller plus loin, d'aiguiser ses papilles, d'affiner ses capacités, ses sensations, sa précision, ce, sans modération.

Sont en jeu : la ténacité, la sérénité, la concentration, la confiance, la lucidité, la créativité, la capacité d'apprentissage, la détente, la récupération, l'énergie et la tonicité, et bien sûr le plaisir et la motivation. Et oui, tout cela !

Savoir se fixer des objectifs motivants et réalisables, pouvoir rester le chef d'orchestre de ses émotions pendant toute une compétition, être totalement dans l'exécution d'un geste au meilleur de soi-même et au juste moment, être conscient de ses capacités et se faire confiance, savoir digérer rapidement un mauvais coup et même s'en servir, prendre la bonne décision au bon moment après avoir balayé l'ensemble des solutions possibles, imaginer une stratégie inédite dans l'instant clé, savoir s'entraîner et tirer le meilleur de chaque coup sans répéter des gestes inutiles, pouvoir récupérer facilement et repartir sur les starting-blocks avec l'envie d'« avoir la pêche » sur plusieurs jours et une énergie hors du commun lorsque l'enjeu est là, se sentir bien et vivre pleinement l'instant présent, voilà en synthèse ce qu'est la préparation mentale.

Pourquoi la préparation mentale est-elle particulièrement utile au golf ?

La capacité à oublier le coup précédent, à garder confiance dans un moment difficile, à se détendre pour attendre, à trouver la juste distance à l'égard des autres joueurs, ou à se concentrer rapidement, autant de comportements visiblement très différents d'un champion mentalement préparé à un autre.

La préparation mentale s'adresse autant aux débutants qu'au professionnel. La sophrologie via la préparation mentale pourrait s’appeler le 15ème club . Si le golfeur n'a droit en effet qu'à 14 clubs dans son sac, mais le 15ème, est son mental, est cela fait une réelle différence, pour ne pas dire LA différence.

Laissons quelques instants nos oreilles traîner sur les plus beaux parcours de France et de Navarre .. Voici ce que nous entendons assez régulièrement :

Jouer au golf, c'est être suffisamment fou pour passer quatre à cinq heures sur un parcours, pour taper dans une balle quelques minutes seulement.

Jouer au golf, c'est avoir en tête, une demi-journée durant, de mettre une petite balle de la taille d'un abricot ou d'un petit cannelé bordelais, dans un trou plus petit qu'une assiette à thé.

Jouer au golf, c'est « casser une carte de score » en quelques minutes à cause du sable d'un bunker que l'on n'a pas osé traverser, d'une balle qui refuse de rentrer dans le trou parce que la main hésite, d'une balle qui a glissé dans l'eau alors que le drive semblait parfait.

Jouer au golf, c'est régulièrement entendre des joueurs abattus arriver au club house en assurant qu'ils ont joué leur dernier parcours.

Jouer au golf, c'est faire une belle balade dans un lieu merveilleux et ne plus même voir le paysage parce que le dernier coup raté vous occupe intégralement le cerveau.

C'est vrai, le golf c'est tout cela ; ou plutôt, cela peut être cela, seulement cela.

Pourquoi le golf est particulièrement adapté à la préparation mentale ?

Quand vous accompagnez un golfeur, voici quelles questions qui vous taraudent :

Comment prépare-t-il/elle les quelques secondes de frappe de chaque balle ? Comment réagit-il/elle après un coup réussi ? Après un coup raté ? Comment gère-t-il/elle une carte qui démarre mal ? Comment se comporte-t-il/elle face à un mauvais coup ou à un bon coup de son partenaire ? Son attitude est-elle très fluctuante sur la durée du parcours ? Se fait-il/elle plaisir ?

Mais pour un golfeur c’est surtout

Des sensations de plaisir, une satisfaction indescriptible lorsque l'on réussit un coup comme on voulait le faire. Une sensation que l'on peut facilement apprendre à mémoriser pour la retrouver.

Un jeu qui permet de réunir pour jouer ensemble sur un même parcours des partenaires de sexes différents, d'âges différents (trois générations et plus), de niveaux différents.

Un jeu qui combine admirablement la stratégie, l'adresse, l'imagination, l'endurance, la réactivité, l'esthétique et l'élégance.

Un jeu qui vous emmène sur des endroits d'une beauté indescriptible, entretenus à la perfection, où le dessin de chaque trou vous donne l'impression que l'architecte et les responsables de l'entretien du parcours ont pensé à vous, et spécifiquement à vous, quand ils ont préparé le parcours.

Un jeu qui donne rapidement l'impression d'être une belle métaphore de la vie dans ce qu'il demande d'attention, d'humilité, de patience, d'exigence puis de lâcher prise, de légèreté aussi, et d'imagination, où rien n'est jamais définitivement « écrit ».

La préparation mentale : une démarche personnelle et individuelle, « transversale »

Le golf, par la variété des différents aspects de la préparation mentale qu'il sollicite, est donc un merveilleux lieu pour développer son mental. Chacun pourra privilégier dans son parcours ce dont il a prioritairement besoin. La confiance, la patience, la ténacité, la concentration s'apprennent.

La sophrologie apporte à la préparation mentale un travail structuré et complet sur la respiration, le développement du schéma corporel, une attention plus sensible et systémique à soi et au monde extérieur, une meilleure appréhension de la pression et du stress avant, pendant et après une compétition. Elle offre à chacun le choix d'un développement spécifique de sa confiance, de ses capacités, de sa confiance en ses propres capacités aussi.

La sophrologie favorise le développement de la visualisation, de l'anticipation des événements importants (Bannir les messages parasites, Savoir gérer les mauvais coups, Rester toujours positif, se recentrer ….).

Et lorsque finalement on parle de moments clés, la préparation mentale devient utile bien au-delà du golf. Comme le disait un grand thérapeute, il y a des apprentissages qui, « mine de rien », débordent largement du cadre initial qui était celui de l'apprenant.

Pour qui ?

Pour les professionnels et les amateurs qui souhaitent progresser et faire de leur mental un 15 ème club à l’entraînement, sur le parcours, et bien au-delà…dans leur vie de tous les jours !

Pour les décideurs en entreprise souhaitant s’appuyer sur ce sport et sur les atouts de ce sport pour le développement de leur performance personnelle et de leur potentiel créatif dans l’action et la compétition.

 

Worldwide Endomarch - France 

Worldwide endometriose

Worldwide Endomarch - France 

L'édition ENDOmarch France 2018 du samedi 24 mars a remporté un vif succès et nous nous en réjouissons !

Les associations organisatrices Association ENDOmind et Mon Endométriose Ma Souffrance - Métropole remercient les partenaires qui ont permis la réalisation de cet événement Mairie du 15e arrondissement de Paris Ville de Paris @Soroptimist @Resendo Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph Info Endométriose @Thermes de Challes les Eaux Coloplast LiviaEndodiag Cicadum et la fanfare Los Képitos Txaranga.

Merci aux différents intervenants lors de la conférence le matin : Dr Erick Petit (Radiologue, Hôpital St Joseph), Pr Nizard Aflak (Chirurgien, Paris), Dr Bertrand Isidor (généticien CHU de Nantes), Dr Viet-Thi Tran (Co-investigateur du projet de recherche ComPaRe de l'APHP), Mme Marina Kvaskoff (chercheuse à l'INSERM), Mme Evelyne Para (présidente de l'Union Française des Clubs Soroptimist et partenaire de l'association ENDOmind), Mme Emeline Bréant (Association ENDOmind). Les 250 personnes réunies dans la salle des fêtes de la mairie du 15e ont pu avoir de nombreuses informations sur l'endométriose, la prise en charge actuelle et les avancées attendues. Un point a pu être fait sur la recherche, avec un focus sur le projet de recherche ComPaRe mené par l'APHP, et le projet en génétique mené par les Dr Isidor et Ploteau au CHU de Nantes et soutenu par l'association ENDOmind. Cette dernière avait déjà permis de financer une partie de leurs travaux grâce à ses actions, et à l'occasion de cette conférence Madame Evelyne Para a remis un nouveau chèque de 5000 € à ce projet qui a déjà fait l'objet d'une publication dans une grande revue scientifique il y a quelques mois.

Nous avons été ravies de pouvoir partager cette journée avec les associations et praticiens présents sur les stands du village associatif : @Chroniques Chroniques Endométriques Association Réseau DES France victimes du Distilbène Association Collectif BAMP Enfants KDOS EuropeComPaRe - Communauté de Patients pour la Recherche @Soroptimist International Maia Asso La Naturopathie avec Nana-Turopathe @Thermes de Challes les eaux, @Corinne Dupuy sophrologue Aromathérapeute. Vous avez été nombreux à leur rendre visite et vous nous avez ainsi confortés dans notre souhait de faire de cette journée un rendez-vous incontournable de l'ensemble des acteurs associatifs et professionnels de l'endométriose.

La marche a réuni quelques 1600 personnes sous le soleil parisien, et le cortège a parcouru les rues de la capitales au son de la fanfare et au rythme des slogans scandés par les participants. Pendant le trajet, les bénévoles ont pu distribuer des flyers et des rubans jaunes aux passants afin de les sensibiliser à notre cause et de les informer sur la maladie. L'association belge Endométriose Belgique ASBL et l'association américaine Endo Invisible nous ont également fait l'honneur de venir marcher à nos côtés et nous les en remercions !

Nos marraines ont été particulièrement impliquées pour appeler à la mobilisation et nous les remercions pour leur présence à nos côtés : Sonia DuboisImanySocha Sophie-Charlotte Husson, vous portez nos voix et nos messages tout au long de l'année et nous permettez d'être mieux entendues !

Nous tenons également (et surtout !) à remercier tous les bénévoles qui ont travaillé pendant plusieurs mois pour préparer cet événement, ceux qui nous ont prêté main forte pour la mise en place de la conférence et du village le matin, qui ont encadré le cortège, informé les passants,

Merci aussi du fond du cœur à nos photographes qui nous permettent de garder des souvenirs mémorables de cette journée : Helder VinagrePatrick Stalon Shyaka Amélie Mauger Photo Sab Rina - photographe amateur

La couverture médiatique a été sans précédant, avant l'événement mais aussi après, grâce à la présence de plusieurs photographes d'agences de presse et de caméras de télévisions qui nous ont permis d'être plus visibles et de confirmer l'importance de cette ENDOmarch.

Cette édition 2018 marque sans aucun doute une évolution majeure et son succès confirme que l'endométriose a pris une place importante dans le débat public.
En attendant notre prochain RDV en 2019, les associations et les bénévoles qui les accompagnent continuent leurs actions pour informer à tous niveaux, accompagner les malades, faire évoluer la prise en charge, et encourager la recherche !
Association ENDOmind & Association MEMS Métropole

L'endomarch 2018 et son village

Img 5863Img 5865Capture 1

Samedi 24 mars a eu lieu la marche pour l’endométriose

Le mois de Mars de nombreux reportages ont parlé de l’endométriose sur France5, LCI, TF1, Franceculture, RFI et la presse Le Point

2 marches étaient prévues à Paris et à Marseille

Mobilisation des associations, Endpomind, Endofrance, de la chanteuse Imany (à Paris), de la chroniqueuse Sonia DUBOIS (à Paris), de la comédienne Laetitia MILLOT (à Marseille)

A Paris, un village consacré à l’endométriose, j’ai eu l’honneur de représenter la sophrologie…

Quel plaisir d’être endogirl et d’expliquer les bienfaits de la sophrologie sur notre maladie !!!

Notre combat continue !!  

ENDOMARCH 2018

Venez me retrouver à partir de 12H00 au village de l’endomarch 2018

1902c142 3f38 4c71 ae3c aeca870abece

LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR CONCERNANT LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

 

Images 1

L’article L.4121-1 du code du travail indique que l’employeur doit prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale de ses salariés.

De plus la cour de cassation considère qu’il s’agit également pour l’employeur d’une obligatoire de sécurité de résultats.

 

L’employeur doit intégré dans son processus de décision et d’organisation, les principes de prévention de la santé mentale et physique afin : 

Eviter les risques 

Evaluer les risques qui ne peuvent être éviter

Combattre les risques à la source

Adapter le travail à l’homme

Tenir compte de l’état d’évolution technique 

Remplacer le dangereux par du non dangereux 

Planifier la prévention tel que prévu dans l’article L.1152-1 du Code du travail (organisation du travail, les conditions du travail, les relations sociales et l’influence des facteurs ambiants

Prendre des mesures de protection collective 

Donner des instructions appropriées aux salariés 

 

Les trois niveaux de prévoyance sont :

  • Le niveau primaire : éliminer les sources de risques spychosociaux (formation de sensibilisation, campagnes de communication). Ce niveau est le plus efficace et facile à réaliser, 
  • Le niveau secondaire : aider les salariés à faire face aux situations de travail à risque identifiées (sensibilisation au tress...),
  • Le niveau tertiaire : aider les salariés déjà en difficulté (assistance psychologique...) malheureusement, c’est aujourd’hui le niveau le plus répandu.

Le document unique sert à l’élaboration du programme annuel de prévention des risques professionnels, il fixe la liste détaillée des mesures à prendre au cours de l’année à venir en matière de protection des salariés et d’amélioration des conditions de travail normal en lien avec la santé mentales des salariés.

Il est tenu à la disposition du médecin du travail, des salariés, du CHSCT et l’inspection du travail, des agents des services de prévention des organismes de Sécurité sociale.

Dans chaque entreprise, il est important également d’intégrer les risques psychosociaux dans le document unique (sert à l’élaboration du programme annuel de prévention des risques professionnels et est tenu à la disposition du médecin du travail, des salariés, du CHSCT et l’inspection du travail, des agents des services de prévention des organismes de Sécurité sociale) la première étape étant d’évaluer les risques.

L’évaluation se fera par l’inventaire des risques identifiés dans chaque unité de travail, des sources d’informations disponibles dans l’entreprise (analyse des risques par le CHSCT, fiche d’entreprise établit par le SST)

L’employeur doit communiquer aux salariés les risques liès à leur santé physique et mentale ainsi qu’à leur sécurité, en mentionnant les modalités d’accès au document unique, les mesures de prévention des risques identifiés et le rôle du servicd de santé au travail.

Cette information doit être compréhensible de chacun, elle est dispensée pendant l’embauche et à chaque fois que cela est nécessaire.

Le cas échéant les dispositions contenues fans le règlement intérieur relatives à la sécurité et aux conditions de travail.

L’employeur désigne un ou des salarié (s) compétent(s) pour s’occuper des activités de protection et de prévention des risques professionnels de l’entreprise. Ces salariés sont formés en maturité de santé au travail, sont désignés après avis du CHSCT ou à défaut des DPs. Ils disposent du temps nécessaire et des moyens requis pour exercer leurs missions.

A défaut l’entreprise peut faire appel au IPRP (personne physique ou morale dotée de compétences techniques, organisationnelles ou médicales) appartenant à son service santé au travail ou après de la dirrecte ou encore aux services de prévention des caisses d’allocations familiales et en fin à l’ANACT.

 

 

 

 

Initiation à la sophrologie pour un groupe de golfeuses

26c2fbc6 7b2e 4ada 9666 20d826408f29      Img 5822

Bonjour;

Ce matin, initiation au parc du Tremblay pour un groupe de 8 golfeuses.  

Cette initiation permettra de chasser les tensions avant un parcours ou une compétition.

L'objectif étant déjà, de détendre certaines parties du corps, qui sont essentielles pour le golf.

Nous avons donc commençé par détendre les épaules via l'exercie "pompage des épaules", puis les mains "exercice de l'éventail" et encore un élément très important travailler sur la respiration absdominale via l'exercice "Chauffage corporel" ..Ces  exercices permettent de chasser les tensions dans le corps et d'également évacuer les tensions mentales.

Nous avons fini par une suggestion mentale de leur trou préféré sur un parcours, de le visualiser, de sentir les odeurs, de regarder les couleurs du fairway, du reuf , le drapeau ect...Le but étant, de leur faire ressentir par les sens, les sensations positives que leur procure cette image et de pouvoir se la remémorer dans des situations de tensions, de stress.

Le résultat : détente du corps et mentale, envie de reproduire les exercices sur le parcours 

S'accorder une pause tout en se détendant avec la bonne respiration

 

De nos jours, nos journées sont longues et épuisantes...nous rêvons secrêtement d'avoir la capacité de nous dédoubler voir tripler ....afin , sans aucun doute, s'accorder un peu de temps à soi....Mais cette petite pause peut être inclue dans vos activités quotidiennes...

Alors comment faire ?

Choissisez une activité :

Sans titre 1

Puis renforçez ce moment en inspirant en gonflant le ventre puis la poitrine et soufflez doucement comme dans une paille... la détente et le calme apparaitront ;0)

 

 

1ère publication dans un journal

 

PREMIÈRE PUBLICATION DANS LE JOURNAL LOCAL : LE MONTREUILLOIS

Publicarion le montreuillois

COMMENT PRÉVENIR LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX GRÂCE À LA SOPHROLOGIE

Img 5749

La sophrologie va permettre de créer une parenthèse dans la souffrance vécue par le salarié afin que ce dernier puisse réinvestir son corps pour redresser la barre.

 

Pour rappel les manifestations des RPS

Les manifestations des RPS vont se traduire,

Du côté de l’entreprise, par :

Un absentéisme plus important,

Une fréquence accrue d’accidents ou d’incidents sur la chaine de production, d’où une productivité en baisse et une qualité de produit également en baisse, le travail étant pris avec moins de rigueur, 

Un climat social plus tendu.

Remédier à cette situation ne peut être que positif sur le plan économique.

Du côté du salarié les symptômes des RPS vont se manifester notamment par :

Des troubles du sommeil,

De l’irritabilité,

Une tension physique pouvant aller vers des troubles musculo-squelettiques (TMS),

Des maux de têtes importants,

Une perturbation de l’appétit,

Perte de mémoire immédiate,

Audition......

La soprologie n’est pas là pour travailler sur les causes, il est nécessaire de replacer l’individu en son centre et ce, que les causes soient internes ou externes au monde du travail.

La personne en souffrance a la sensation de subir la situation vécue sans moyen de stopper les vagues qui la submergent. De plus, elle ne se reconnaît plus, elle est totalement déstabilisée....

Le but immédiat est d’arrêter ces déferlantes et de reprendre un tant soit peu la maitrise du gouvernail, de sa vie.

La sophrologie va permettre de créer un espace et un moment, une parenthèse où le phénomène négatif est expulsé pour laisser place à la prise de conscience de soi. Il est nécessaire de réinvestir son corps (Vivances des 5 sens et des valeurs) pour pouvoir peser sur les choses, sur les leviers à actionner pour redresser la barre. Reprendre contact avec le corps vécu, le corps conscientisé. Renforcer la confiance en soi qui s’est peu à peu envolée en même temps que le corps se dématérialisait et se retirait pour ne plus se vivre que dans la souffrance. Recouvrir une forme de plaisir dans le ressenti.

Ce moment ressource que procure la sophrologie va ensuite permettre l’analyse de la situation et le pourquoi suis-je là.

Quel que soit le mal être, le sujet est toujours présent et il y a donc possibilité de réorienter vers le pôle positif. C’est en s’appuyant sur ce corps respirant, même difficilement, qu’il est possible de construire sainement.

Par la sophrologie la personne va reprendre corps et la notion de densité de soi va croître. Le salarié va reprendre de la consistance et réinvestir son potentiel, apprendre à se redresser physiquement pour s’axer mentalement et ressentir son équilibre stable par la force de ses appuis, de son ancrage.

En parallèle, la décision de garder cet axe et donc « comment je suis là et comment je maintiens ? », va arriver rapidement.

L ‘approche sophrologique pourra se faire de concert en séance individuelle et en collectif avec l’équipe de collaborateurs, avec la médecine du travail. Un temps de parole amène à une analyse de poste, à l’organisation de la communication interne, à l’adaptation des compétences, l’exigence et la capacité à répondre, etc.

En replaçant l’individu en son centre c’est à dire dans son corps il se sent être d’abord par lui-même. De là, le désir de performer dans son travail peut être envisagé et renforcé. Le travail devient un outil de réalisation de soi et non pas une réalisation de soi-même.

 

LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

 

 

Visuel risques 1

Mais qu’est-ce que c’est ?

On qualifie de « risques psychosociaux » (ou RPS) les éléments qui portent atteinte à l’intégrité physique et à la santé mentale des salariés au sein de leur environnement professionnel. Ces risques peuvent recouvrir différentes formes : le stress, parmi les plus connus, mais aussi le harcèlementl’épuisement professionnel (BURN OUT : épuisement dû à une surcharge de travail ou de responsabilités professionnelles ; BORE-OUT est l’épuisement professionnel par l’ennui) et même la violence au travail. Ils sont la cause de plusieurs maux et pathologies (problèmes de sommeil, dépression, troubles musculo-squelettiques, maladies psychosomatiques, etc.).

Le terme de RPS recouvre trois types de risques : stress au travail, harcèlements (moraux, sexuels), violences et incivilités (internes ou externes à l’entreprise).

Le terme de RPS recouvre trois types de risques : stress au travail, harcèlements (moraux, sexuels), violences et incivilités (internes ou externes à l’entreprise).

Qui sont-ils

Le stress survient lorsqu’il y a déséquilibre entre la perception qu’une personne a des contraintes que lui impose son environnement et de ses propres ressources pour y faire face.

Le harcèlement survient lorsqu’un ou plusieurs salariés font l’objet d’abus, de menaces et/ou d’humiliations répétés et délibérés dans des circonstances liées au travail, soit sur des lieux de travail, soit dans des situations liées au travail.

La violence au travail se produit lorsqu’un ou plusieurs salariés sont agressés dans des circonstances liées au travail. Elle va du manque de respect à la manifestation de la volonté de nuire, de détruire, de l’incivilité à l’agression physique.

Le burn out a fait l’objet de nombreux travaux et donné lieu à plusieurs définitions qui convergent au moins toutes sur un point : il se traduirait par un état d’épuisement professionnel (à la fois émotionnel, physique et psychique) ressenti face à des situations de travail « émotionnellement » exigeantes.

Le bore out est un épuisement professionnel dû à une insuffisance de sollicitations professionnelles, cause d’un ennui profond qui crée des doutes sur la valeur ou le sens du travail qu’accomplit le salarié. La perte d’intérêt pour le travail est une conséquence directe du bore-out.

Quels sont les facteurs ? (source DARES 2010)

  • Risque lié aux exigences de travail associées à l’exécution du travail en termes quantitatifs et de contraintes de temps et de rythmes de travail.
  • Risque lié aux exigences émotionnelles associées au maintien de bonnes relations sociales et émotionnelles au travail surtout en lien avec les relations externes et les incivilités.
  • Risque lié à l'autonomie et aux marges de manœuvre : degré de liberté que l’employé possède dans son activité professionnelle et pour développer ses compétences.
  • Risque lié aux rapports sociaux : qualité des relations sociales entre les différents collaborateurs de l’entreprise, et qualité des relations managériales.
  • Risque lié aux conflits de valeurs : adéquation entre les valeurs des employés et les valeurs prônées par l’entreprise, intégration de la notion de qualité empêchée (inadéquation entre la qualité voulue et les moyens nécessaires).
  • Risque lié à l'insécurité de l’emploi et perspectives futures : impuissance ressentie à préserver la continuité souhaitée dans une situation de menace de l’emploi, mais aussi en lien avec la pénibilité, et/ou avec la crainte de ne pas pouvoir tenir son poste dans la durée.

Quels sont les dispositifs de prévention des risques psychosociaux (source DARES 2016) ?

La prévention des RPS est parfois intégrée au document d’évaluation des risques. C’est le cas pour :

  • 29 % des établissements, mais pour seulement
  • 22 % des établissements privés de moins de 10 salariés contre
  • 82 % de ceux de 500 salariés et plus, et pour
  • 71 % dans la fonction publique hospitalière contre environ
  • 40 % dans les deux autres fonctions publiques.

Chiffres clés

·     En France, 47 % des actifs occupés déclarent devoir (toujours, souvent) se dépêcher

·     31 % déclarent devoir cacher leurs émotions, faire semblant d’être de bonne humeur (toujours, souvent)

·     27 % disent ne pas pouvoir régler par eux-mêmes les incidents

·     36 % signalent avoir subi au moins un comportement hostile dans le cadre de leur travail au cours des 12 derniers mois

·     33 % disent ne pas éprouver la fierté du travail bien fait (toujours, souvent)

·     24 % craignent de perdre leur emploi

Ce qu’il faut retenir

Troubles de la concentration, du sommeil, irritabilité, nervosité, fatigue importante, palpitations… Un nombre grandissant de salariés déclarent souffrir de symptômes liés à des risques psychosociaux. Le phénomène n'épargne aucun secteur d'activité. Indépendamment de leurs effets sur la santé des individus, les risques psychosociaux ont un impact sur le fonctionnement des entreprises (absentéisme, turnover, ambiance de travail…).

Sous l’effet des mutations du monde du travail telles que la complexité grandissante des tâches, la réduction des temps de repos, l’individualisation du travail ou encore les exigences accrues de la clientèle, la prise en compte des risques psychosociaux est devenue incontournable.

 Il est possible de les prévenir grâce à la SOPHROLOGIE !!

La sophrologie permet de se recentrer, de lâcher-prise, de favoriser un meilleur sommeil, d'améliorer la confiance et l'estime de soi, la gestion du stress.....

Sophrologie et examens

Pour beaucoup de jeunes, le printemps est synonyme de révisions, avec son lot d’angoisses et d’insomnies.

À l’approche du baccalauréat et des partiels, la pression monte et souvent, les nuits se raccourcissent, le sommeil est de moins bonne qualité et pour certains étudiants sujets au stress, l’angoisse se fait de plus en plus ressentir. Or l’anxiété est contre-productive car elle annihile nos capacités. Il existe cependant des solutions pour remédier à cet état de tension permanente et déployer toute la concentration, la volonté et la motivation nécessaire à l’approche de cette période souvent lourde d’enjeux. L’objectif: être dans le bon état d’esprit, puisqu’au-delà du travail de révision et d’assimilation indispensable à la réussite d’un examen, le mental joue un rôle central lorsqu’il s’agit de mobiliser ses connaissances.

La base de la sophrologie, c’est la respiration abdominale. Cela va permettre un apaisement mental et un recentrage du corps. «C’est la base. Nous devrions tous apprendre à respirer correctement. Cela aide entre autre pour le stress et cela permet de mieux se concentrer le jour J»,

Il y existe aussi des exercices de relâchement du corps, comme la rotation du buste. En position debout, les jambes sont fixes, les bras ballants. Cela va permettre de sentir toute la colonne vertébrale, le trapèze et les cervicales. C’est un exercice qui provoque beaucoup de bâillements».

Chez soi, il est aussi possible d’effectuer une lecture du corps: je détends tout mon corps, de mon visage jusqu’à mes pieds, en se concentrant sur chaque partie de mon corps. Je relâche mes yeux, mon front, mes joues, mon cou... Puis je me cale dans une respiration abdominale (j’inspire en gonflant le ventre et la poitrine et j’expire en soufflant comme dans une paille) et je peux alors évoquer une phrase positive « je suis confiant  à l’approche du….). L’exercice peut prendre cinq à dix minutes. L'idée, c’est de mettre au sommeil le conscient et lui fournir la bonne information….

Voilà quelques pistes …..

Aromathérapie hiver

Art blog aroma

Sophrologie

10 conseils pour mieux gérer le stress

 

1. Marquez des pauses dans la journée

Posez-vous tout simplement, changez de rythme, changez d’activité, cessez de vous presser.
Étirez-vous et détendez-vous. Se relaxer permet d’abaisser le niveau d’anxiété ; si le corps est relâché, le mental lui aussi s’apaise. Concentrez-vous sur vos sensations internes, entraînez-vous à découvrir ce qui vous procure paix et tranquillité intérieures. La relaxation régénère et favorise le contact avec soi-même.

2. Mangez calmement

Réservez-vous une vraie pause déjeuner, évitez café, excitants et plats en sauce. Posez vos couverts régulièrement, prenez conscience des goûts, saveurs et odeurs des aliments que vous mangez, dégustez-les, soyez à l’écoute de vos sensations, c’est précisément en les occultant que vous mangez sans tenir compte de vos besoins réels.

3. Reprenez contact avec votre corps

Écoutez ce qui se passe en vous. Votre corps vous envoie des messages et des SOS lorsqu’il est épuisé. Seule la vigilance évite de se laisser submerger par le stress. On attend souvent d’avoir des contractures dans les épaules, en d’autres termes d’« en avoir plein le dos », pour s’autoriser du repos. Si vous travaillez sur ordinateur ou si vous effectuez une tâche difficile, arrêtez-vous toutes les heures en vous détournant quelques instants de votre activité et pratiquez l’exercice suivant :
Fermez les yeux, relâchez les muscles du visage, desserrez la mâchoire. Placez le bout des doigts sur votre front et, par de tout petits mouvements circulaires, sans soulever les doigts, massez doucement le contour de vos yeux. Répétez l’exercice plusieurs fois en tournant dans un sens, puis dans l’autre.

4. Pratiquez une activité physique

L’exercice physique est un excellent exutoire et la seule façon d’augmenter durablement les dépenses. Il neutralise le trop-plein d’énergie et évacue les pulsions agressives et les tensions.
Accordez-vous chaque jour quelques minutes pour pratiquer une activité physique. Délaissez de temps en temps votre voiture et marchez Marcher est l’une des activités les plus faciles à intégrer dans votre programme. La marche peut se pratiquer à tout moment, favorisez ces moments : effectuez par exemple le tour de votre quartier à petites foulées, descendez du bus ou du métro une ou deux stations avant la vôtre et regagnez votre domicile à pied.
Les petites marches régulières vous aideront à tonifier votre corps et à développer progressivement votre endurance pour prévoir de plus grandes promenades. Lorsque vous cheminez, prenez conscience des pas que vous alignez les uns après les autres, engagez tout votre corps dans le mouvement, ressentez les articulations mises en jeu, sentez vos pieds se poser dans le sol, se dérouler du talon aux orteils, vous aurez ainsi plus d’aisance dans votre allure. Regardez autour de vous, devant vous, en portant votre regard vers l’horizon, on se sent plus présents à la vie quand le regard accompagne la marche.

5. Programmez régulièrement une journée anti-stress

Pour éviter de vous laisser envahir par des « voleurs de temps », fixez la date d’une journée anti-stress dès aujourd’hui. Comment la concevez-vous ? Notez vos réflexions et vos idées dans votre journal de bord. Certaines personnes préfèrent s’isoler, faire silence, partir en randonnée, se prélasser au soleil, rester chez elles pour lire et écouter de la musique, d’autres penchent pour le shopping, le cinéma, une sortie entre amis, etc. Choisissez la solution qui vous convient le mieux. Toutes les techniques anti-stress ont un dénominateur commun :
l’abaissement des tensions psychiques et musculaires.

6. Apprenez à respirer

Lors d’un stress, la réaction première est de retenir son souffle. Pour éviter de ressentir, on a tendance à serrer le ventre. Mais on bloque ainsi toutes les fonctions vitales : la respiration devient plus rapide, haute, thoracique, le souffle est comme coupé. Une bonne respiration permet de réguler toutes les fonctions de l’organisme, l’énergie circule partout. La respiration constitue, à elle seule, une technique anti-stress par excellence ; elle agit de façon très positive sur les problèmes liés au poids. Lorsque le corps est insuffisamment oxygéné, le sang élimine mal les toxines et celles-ci se fixent dans les tissus en les gonflant ou encore fabriquent de la cellulite.
Comment vous entraîner à bien respirer ? Installez-vous confortablement. Relâchez la mâchoire, détendez les épaules. Inspirez doucement en gonflant le ventre, expirez doucement par la bouche en le rentrant. L’expiration est plus longue que l’inspiration. En soufflant par la bouche, imaginez que vous éloignez en même temps soucis, problèmes et contrariétés.
Chaque fois que vous êtes confronté à une difficulté, utilisez cette technique. En respirant consciemment, vous apprendrez à prendre de la distance avec la situation qui vous préoccupe.
Symboliquement, à l’aide du souffle, imaginez que vous rejetez hors de vous tout ce qui est nuisible à votre harmonie.
La respiration abdominale est un acte conscient, qui agit sur les tensions et les contractures défensives provoquées par le stress.

7. Cultivez la patience

Profitez de toutes les situations d’attente où votre patience est mise à rude épreuve. Au lieu de subir, de pester et soupirer, tirez-en parti. Par exemple, dans une file d’attente (poste, bus, guichets, etc.), appliquez la consigne : « Attente = Détente » et respirez avec votre abdomen.

8. Éliminez les tensions physiques et psychiques

Entraînez-vous à pratiquer l’exercice suivant : en position assise, le dos bien droit, inspirez par le nez, tendez au maximum vos bras et vos jambes, serrez vos poings, contractez et serrez fortement les bras, les poings, les jambes, puis relâchez en expirant lentement. Prenez conscience de la détente que vous installez. Recommencez cet exercice de temps en temps.

9. Pratiquez une technique dynamique d’évacuation du stress

Trop stressées, certaines personnes se trouvent dans l’incapacité de se détendre en utilisant une technique de relaxation statique, c’est-à-dire en position allongée. Une technique « dynamique », où tout le corps est en tension, leur conviendra davantage. Elle permet d’augmenter les tensions corporelles pour ensuite les relâcher et prendre conscience de la détente ainsi obtenue.
En position assise, inspirez par le nez en levant lentement les bras vers le ciel, mains croisées, paumes des mains dirigées vers le haut. Tout en tendant les bras, retenez votre souffle en vous étirant. Puis abaissez les bras en expirant lentement. Relâchez, détendez tout votre corps.
Répétez l’exercice encore deux fois. Tous les muscles sont relâchés, le cerveau est irrigué, la détente s’installe.

10. Testez cet exercice de sophrologie

Installez-vous confortablement et arrangez-vous pour être au calme. Fermez les yeux et songez à un endroit qui vous calme, un paysage de mer, un grand espace verdiyant etc.... Imaginez cet endroit et retrouvez les couleurs, les odeurs, les sons liés à ce paysage. Prenez bien le temps de ressentir dans votre corps et dans votre mental l’impression de calme de ce lieu.
 

Lire la suite